Retour au chapitre correspondant à cette note - Le Coran : Message Divin ? ou... Mensonge Bédouin ? - La réponse

Les épées de Mahomet

Le prophète « pacifique et tolérant »...

quatre des épées de Mahomet, topkapi, istanbul, turquie
Source : http://www.christianforums.com/t1342413-religious-relics.html

Les photographies suivantes sont extraites de l'ouvrage Suyuf al-Rasul wa 'uddah harbi-hi par Muhammad Hasan Muhammad al-Tihami, publié au Caire, 1992 (1312 de l'hégire)

Source : http://faculty.washington.edu/wheelerb/swords/index_of_swords.html

Epée de Mahomet : Al-Ma'thur

Al-Ma'thur

Al-Ma'thur, ou "Ma'thur al-Fijar", est l'épée que possédait Mahomet avant de recevoir sa première révélation à La Mecque.
Elle lui fut léguée par son père. Mahomet émigra de La Mecque à Médine avec cette épée, qui resta en sa possession jusqu'à ce qu'elle passe, avec d'autres équipements, à Ali.

 

La lame fait 99 cm de long. La poignée en or est en forme de serpent, et est incrustée d'émeraudes et de turquoises. Près de la poignée se trouve une inscription en Koufique disant : « Abdallah b. Abd al-Muttalib »
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Al-Battar

Al-Battar

L'épée Al-Battar fut prise par Mahomet comme butin lors du massacre de la tribu juive des Banou Qorayza. Elle est surnommée « l'épée des prophètes » et comporte une inscription en arabe avec les noms de David, Salomon, Moïse, Aaron, Josué, Zacharie, Jean, Jésus, et Mahomet. Elle comporte aussi une gravure du roi David décapitant Goliath, qui en aurait été le premier propriétaire, et une inscription identifiée comme étant du Nabatéen.

gravure sur l'épée Al Batar

La lame fait 101 cm de long. Ce serait cette épée que Jésus utilisera quand il reviendra sur Terre pour vaincre l'antéchrist Dajjal.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Hatf

Hatf

Hatf est l'épée que Mahomet pris comme butin de la tribu des Banu Qaynaqa. Il est dit que le roi David après avoir vaincu Goliath, bien qu'il n'ait eu que vingt ans, pris comme butin son épée « Al-Battar ». Dieu donna au roi David la connaissance du travail du fer, pour faire des armures, des armes, des machines de guerre et David se fit pour lui-même une épée. C'est ainsi que naquit l'épée Hatf, inspirée d'Al-Battar, mais plus large. David utilisa cette épée puis elle passa dans la tribu des lévites qui gardèrent l'épée contre les Israëlites jusqu'à ce qu'elle passe aux mains de Mahomet.

 

La lame fait 112 cm de long pour une largeur de 8 cm.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Al-Mikhdham

Al-Mikhdham

Cette épée est supposée être passée de Mahomet à Ali puis à ses fils.
Selon d'autres sources cette épée aurait été prise comme butin par Ali lors d'un raid qu'il mena en Syrie.

 

La lame fait 97 cm de long et est gravée du nom de Zayn al-Din al-Abidin.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Al-Rasub

Al-Rasub

L'épée Al-Rasub est l'une des neuf épées de Mahomet. Il est dit que les armes de la maison de Mahomet furent conservées par sa famille exactement comme L'Arche d'Alliance le fut par les Israëlites.

 

La lame fait 140 cm de long. Elle comporte des cercles d'or dans lesquels est inscrit le nom de Ja'far al-Sadiq.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Al-'Adb

Al-'Adb

Al-'Adb, nom de cette épée, signifie « coupant » ou « affuté ». Cette épée fut envoyée par Mahomet à un de ses compagnons juste avant la bataille de Badr. Il utilisa cette épée lors de la bataille d'Uhud et ses successeurs l'utilisèrent pour démontrer leur allégeance envers lui.

 

Mosquée Hussein, Le Caire, Egypte.

Epée de Mahomet : Al-Qadib

Al-Qadib

Al-Qadib est une épée à lame fine qui, disait-on, ressemblait à un bâton. C'était une épée de défense à l'usage du voyageur et non pas pour les batailles. Sur une des faces est écrit en argent : « Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mahomet est son prophète -- Muhammad b. Abdallah b. Abd al-Muttalib ».
Il n'y a aucune indication d'aucune source historique indiquant que cette épée aurait été utilisée dans une bataille.
Elle resta dans la maison de Mahomet et fut utilisée ensuite par les califes Fatimides.

 

La lame fait un mètre de long, le fourreau est en cuir bleu.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Qal'i

Qal'i

Cette épée est connue sous le nom de "Qal'i" ou de "Qul'ay." Ce nom vient peut-être d'un endroit en Syrie, ou en Inde près de la Chine. Certains affirment que l'adjectif "qal'i" fait référence à l'étain ou à l'antimoine que l'on extrayait en différents endroits. Cette épée est l'une des trois que Mahomet pris comme butin sur la tribu des Banu Qaynaqa. D'autres sources affirment que le grand-père de Mahomet découvrit « l'épée de Qal'i » quand il déblaya le puit de Zem-zem à La Mecque.

 

La lame fait un mètre de long. Au dessus de la poignée est écrit en arabe : « ceci est la noble épée de la maison du prophète Mahomet, apôtre de Dieu ». La lame de cette épée se distingue des autres par sa forme ondulée.
Musée Topkapi, Istanbul, Turquie.

Epée de Mahomet : Dhu al-Faqar

Dhu al-Faqar

L'épée Dhu al-Faqar fut prise par Mahomet comme butin lors de la bataille de Badr. On rapporte qu'il la donna à Ali, et qu'Ali revint de la bataille d'Uhud les mains couvertes de sang jusqu'aux épaules, avec Dhu al-Faqar. Plusieurs source indiquent que cette épée resta avec Ali puis dans sa famille, et que l'épée avait deux pointes.

 

A droite, l'épée Dhu al-Faqar
du musée des Arts Islamiques de Jalan Lembah Perdana, Malaisie.
Elle possède effectivement deux pointes.

 

A gauche, l'épée Dhu al-Faqar du musée Topkapi, Istanbul, Turquie.
Les deux lignes gravées dans la lame ont pu être à l'origine
de sa description en tant qu'épée à deux pointes.

Epée de Mahomet : Dhu al-Faqar Bis
Source : http://www.christianforums.com/t1342413-religious-relics.html

L'épée Dhu al-Faqar pose un gros problème : elle existe en deux exemplaires, tous deux revendiqués comme authentiques, et ces deux exemplaires ne se ressemblent même pas !

Il n'y a guère que trois possibilités en tel cas :

  1. L'exemplaire en Turquie est authentique et l'exemplaire en Malaisie est un faux.
  2. L'exemplaire en Turquie est un faux et l'exemplaire en Malaisie est authentique.
  3. L'exemplaire en Turquie est un faux et l'exemplaire en Malaisie est un faux lui aussi.

La possibilité que les deux exemplaires soient authentiques est à exclure puisqu'aucun des deux musées, ni aucune source historique, ne signale que cette épée aurait existé en deux exemplaires ne se ressemblant pas.

épée Faqar, version du du film de 1976 Le MessagePour ajouter à la confusion, il existe une troisième version de l'épée Dhu al-Faqar : celle utilisée dans le film de 1976 "Le Message", et qui se veut une reconstitution de la vie de Mahomet.
Dans ce film, c'est Ali, le cousin de Mahomet, qui est censé tenir l'épée au tout début de la bataille de Badr... alors que cette épée est censée provenir du butin de la dite bataille, ce qui est donc chronologiquement incohérent !

épée Faqar, version du du film de 1976 Le MessageLe film de 1976 "Le Message" est cautionné par l'université Al-Azhar, donc par des « savants » musulmans qui sont la référence du monde islamique, mais quand on a déjà deux versions « authentiques » d'une épée unique, en inventer une troisième version ne respectant même pas la chronologie de sa propre histoire n'est pas un problème pour les « savants » musulmans, bien au contraire : s'il existe ainsi plusieurs versions de l'épée d'Ali, c'est islamiquement la « preuve » que tout est vrai !


Cette relique particulière Dhu al-Faqar pose un net problème, mais pas seulement celle-là : toutes les reliques de Mahomet conservées à Istanbul posent un problème. Ces reliques furent rassemblées au palais Topkapi par le sultan Yavuz au début du 16ème siècle seulement [Prof. Carl ERNST, University of North Carolina, films on Sufism and Saints, VHS Topkapi Palace, part "The sacred relics", 23min].
D'où venaient ces reliques ? Pourquoi personne ne les avaient vénérées avant qu'elles n'apparaissent subitement, comme ça, pouf, par magie, de la même manière qu'un illusionniste sort un lapin de son chapeau ?

Plus généralement, toutes les reliques de Mahomet de par le monde posent un problème : celui de leur authenticité. Quand on sait que le musée Topkapi d'Istanbul possède le bâton de... Moïse (Musa's Stick), ce bâton qui se serait transformé en serpent devant le pharaon d'Egypte alors qu'il n'existe justement aucune trace archéologique de ce personnage, et que donc ce bâton n'est pas considéré comme authentique par les archéologues, cela jette évidemment un sérieux doute sur l'authenticité des reliques de Mahomet, et plus généralement d'ailleurs de toutes les reliques islamiques.
Dans le monde chrétien, cela fait bien longtemps que l'on sait que certaines reliques de saints ne peuvent pas provenir du dit saint, soit que les os se trouvent être en fait... des os d'animaux, soit qu'en rassemblant toutes les reliques d'un même personnage, on rassemble suffisamment d'os pour reconstituer... plusieurs squelettes complets !
Dans le monde islamique, ce travail d'expertise scientifique n'a pas été fait.
Pourquoi ? Parce que ce sont des reliques « Saintes »? Et alors ? L'expertise scientifique viendra confirmer leur âge si elles sont authentiques.

Que craignent donc les autorités islamiques pour que l'archéologie soit interdite d'accès dès qu'il s'agit de Mahomet ?

Les autorités islamiques craignent tout simplement que les résultats d'éventuelles expertises scientifiques amènent les musulmans à se poser LA question interdite...