Retour au chapitre correspondant à cette note - Le Coran : Message Divin ? ou... Mensonge Bédouin ? - La réponse

La Mekke (La Mecque, Mecca).
La ville et le pèlerinage (hajj ou hadj)

carte de l'arabie saoudite
La mosquée de la Mekke et sa ka'aba aux
environs du IXe siècle de notre ère.
La mosquée de La Mekke et sa ka'aba aux environs du IXe siècle de notre ère.

 

La ville

Interdite aux non-musulmans en accord avec les préceptes de « tolérance » de l'islam...

panneau autoroutier indiquant l'apartheid islamique : direction de la mecque autorisée aux musulmans uniquement. Sortie Taïf Riyadh obligatoire pour les non-musulmans.
Sur l'autoroute en direction de La Mecque (Makkah), un panneau indique :
Direction Arafat La Mecque, musulmans uniquement.
Direction Taïf Riyadh, obligatoire pour les non-musulmans

Si ce n'est pas de l'apartheid envers les non-musulmans,
ni de la discrimination religieuse envers les non-musulmans,
ni de l'intolérance islamique envers les non-musulmans,
puisque l'islam est une religion « pacifique et tolérante »,
alors c'est quoi ce panneau ?!

panneau autoroutier indiquant l'apartheid islamique : direction de la mecque autorisée aux musulmans uniquement. Sortie obligatoire pour les non-musulmans.
Un panneau similaire sur une autre autoroute.
A gauche : « La Mekke musulmans uniquement ». A droite : sortie pour les « non-musulmans »
Source : http://www.malas-noticias.com.ar/Tolerancia en la autopista a La Meca.JPG

Concrètement, il y a une route qui contourne La Mecque, réservée aux non musulmans. Elle est surnommée « la route des pantalons », en opposition aux musulmans qui se drapent dans une pièce d'étoffe pour entrer dans les lieux saints. En outre, si chrétiens et autres boudhistes peuvent obtenir des visas d'entrée et circuler en Arabie Saoudite (à l'exception, donc de La mecque, et de Médine) les juifs eux sont interdits de séjour sur le sol saoudien et ne peuvent pas obtenir de visa d'entrée.
(source : résident durant 7 ans et demi à Jeddah, Taïf, Ryadh, Khamis Mushayait... et j'en passe)

Pour avoir la réponse, le plus simple est de poser la question directement à un adepte de l'islam et l'on obtient alors ce genre de chose :


ou encore ce genre de réponse : Les non-musulmans n'ont pas le droit d'accès car c'est comme si un musulman allait au vatican ,vous voyez ça n'a pas de sens ( Lire la réponse complète )

Les musulmans ne veulent pas l'avouer mais en réalité, l'apartheid contre les non-musulmans en ce qui concerne La Mecque est institué directement par le Coran :

0 croyants ! ceux qui associent sont immondes ;
cette année expirée,
ils
ne doivent point s'approcher de l'oratoire sacré.

Sourate IX (9), verset 28

Outre que le Coran institue un apartheid, ce qui est tout de même curieux en matière de « tolérance », on notera de plus avec quel « exquis » et « poétique » adjectif sont désignés "ceux qui associent", c'est à dire les non-musulmans... Les variantes selon les différentes traductions du coran ne sont guère plus amènes : pour Hamidullah, les non-musulmans ne sont certes pas « immondes » mais « ne sont qu'impureté ».
A l'attention des aventuriers se demandant ce qui se passerait pour un non-musulman qui se risquerait à s'approcher de « l'oratoire sacré » : il se ferait tout simplement lyncher par la foule (voir en page 19 du livre "Gerbe d'orties"). Cela n'est pas stipulé dans le Coran mais est en parfaite conformité avec l'exemple de la vie de Mahomet le beau modèle qui lors de sa conquète militaire de la ville fit mettre à mort ceux qui à ses yeux ne méritaient même pas qu'il leur accorde le « droit » de se faire musulmans.

Mais au-delà de la simple manifestation d'intolérance inhérente à l'islam, l'interdiction de se rendre à La Mecque faite aux non-musulmans à aussi pour but d'empêcher toutes les questions qu'un non-musulman ne manquerait pas de se poser en visitant cette ville.

la mecque, 1683
La Mecque, illustration extraite de Mallet, Description de l'Univers, Paris, 1683

La Mekke fut contrôlée par les yéménites pendant cinq siècles. En l’an 510 de notre ère, le roi d’Abyssinie, Abraha (ne pas confondre avec Abraham) – qui avait conquis le yémen, tenta à son tour de s’emparer de La Mekke. C’est là que se situerait l’épisode de la « guerre des éléphants » dont parle la sourate 105 du coran. La défaite des troupes d’Abraha devant La Mekke serait intervenue, selon les historiens de l’islam, cinquante-cinq jours avant la naissance de Mahomet. A cette époque, « Oum al-koura » (surnom donné à La Mekke : mère des villages), aurait été peuplée d’environ dix milles habitants (ce qui est loin d’être sûr).

La Mekke à
la fin du XIXe siècle – Dessin de Tomaskiewizc –
1886
La Mekke à la fin du XIXe siècle – Dessin de Tomaskiewizc – 1886.

Vers 1800, lorsque les wahhabites reprirent La Mekke aux forces ottomanes, ils saccagèrent la ka’ba et foulèrent la pierre noire de leurs pieds. Les mêmes wahhabites – qui dirigent aujourd’hui l’Arabie Saoudite et se posent en « protecteurs des lieux saints de l’islam » – avaient aussi profané et détruit le tombeau de Mahomet à Médine ainsi que les « lieux saints » chiites de Kerbala.

On trouve une description de la Mecque en 1730 dans le livre

On trouve aussi une description de la Mecque en 1884 dans le livre
Dictionnaire universel et illustré de la géographie et des voyages
par une société de gens de lettres de touristes et de savants
sous la direction de G Lucien Huard 1884

Dictionnaire universel
et illustré
de la géographie
et
des voyages
par une société de gens de lettres de touristes et de savants
sous la direction de G Lucien Huard
1884

D'autres livres à propos de La Mecque...

la mosquée de La Mecque et sa Ka'aba (au centre), de nos jours

Mekka (la Mekke) avec sa grande mosquée « el Haram » (« l’Inviolable ») où l’on distingue la Ka'aba recouverte de la « kisva » (tenture de couleur noire, jadis en laine mais par la suite réalisée en soie ornée de broderies d’or). Dans le médaillon, un portrait du roi Hussein qui venait juste d’abdiquer à la suite de l’invasion de son royaume par les troupes du clan Ibn Séoud (appuyées par des éléments britanniques).
Document extrait d'un article publié par le groupe de presse « L’Illustration européenne » - Octobre 1924.

la mosquée de La Mecque et sa Ka'aba (au centre), de nos jours
La mosquée de La Mecque et sa Ka'aba (au centre), de nos jours

dictionnaire universel des noms propres Petit Robert 2, 1974

Le petit robert 2
Dictionnaire universel des noms propres
1974
La partie civilisation islamique a été rédigée par Abdelwahab MEDDEB

fac-similé définition La Mecque dictionnaire universel des noms propres Petit Robert 2, 1974

MECQUE (La), en ar. Makka. Deuxième ville d'Arabie Saudite, capitale religieuse de l'islam, située au Sud de Médine dans la province du Hedjaz, dont elle est le centre. Plus de 200000 habitants (1970). La ville, berceau du prophète Mahomet, est interdite aux non musulmans; c'est le plus grand centre de pèlerinage de l'islam. La Grande Mosquée contient la Ka'ba. Nombreux petits commerces et artisanats. Une route relie le port de Djeddah, où débarquent les pèlerins, à la Ville sainte. Histoire. Mahomet (Muhammad) y fit ses premières prédications, mais il se heurta aux riches marchands Qurayshites et dut partir pour Médine. En 630, il revint à La Mecque et rattacha l'islam au culte de la Ka'ba. Sous les Umayyades et les Abbassides, la ville fut généralement administrée par un membre de la famille califienne et a partir de 960 environ par un sharif des Alides . Elle fut mise à sac en 930 par les Karmathes qui enlevèrent la Pierre noire de la Ka'ba et la conservèrent huit ans. La Ville sainte passa ensuite sous la domination des Ayyubides puis des mamelouks d'Egypte. En 1517, elle fut conquise par les Turcs Ottomans, tomba au pouvoir des Wahhabites de 1803 à 1813, puis de Muhammad-Ali jusqu'en 1840; elle fut alors rendue au sultan. Le pouvoir appartenait au sharif de La Mecque. En 1916, le sharif Husayn se déclara indépendant, mais il fut chassé de la ville par Abd-al-Aziz ibn Saud (Ibn Seoud) en 1924. — La ville, interdite aux non-musulmans, fut visitée au XIXe siècle par les voyageurs occidentaux Buckhardt et Burton.

plan de La Mecque
Voir plans et cartes de La Mecque...

Le pèlerinage (hajj ou hadj)

On notera qu’en 1924, la Mekke était adaptée à la visite d’environ 200.000 pèlerins. Aujourd’hui, avec le développement des moyens de transport, le nombre de visiteur, pendant le hadj, a pratiquement été multiplié par dix et atteint les deux millions. Cela provoque souvent des cohues indescriptibles. Il n'est pas rare que des pèlerins meurent étouffés lors de brusques mouvements de foule (plus de 1400 morts en juillet 1990), le moindre incident mineur peut prendre des proportions catastrophiques (au moins 1800 morts et plus de 3.000 blessés lors d'un incendie en 1978.) sans compter les risques de violence délibérée (400 morts et 649 blessés lors d'émeutes en juillet 1987; plusieurs dizaines de tués et de blessés lors de la prise d'otage de novembre 79, dont certains gazés puis noyés dans les sous-sols lors de l'intervention des gendarmes français du GIGN, nombre auquel il faut ajouter les 63 terroristes capturés qui seront décapités au sabre en place publique en 1980.). Il faut dire que les autorités locales sont traditionnellement susceptibles... (en 1943, un pélerin iranien est décapité pour avoir souillé les lieux saints avec des vêtements portant des traces d'excréments; en 1988, un pélerin chinois regarde la pierre noire de trop près au goût de la police, qui le bastonne; en 1992 deux présumés homosexuels sont décapités...)
Enfin, la promiscuité dans une telle concentration humaine favorise la propagation d'épidémies qui sont ensuite colportées dans le monde entier.

Selon Abdelwahab Abdelwassa, ministre saoudien du « hajjj » et des « wakfs » (du pèlerinage et des biens immobiliers inaliénables dont l’usufruit profite aux « œuvres islamiques »), le pèlerinage constitue une sorte de « djihad » puisqu’il oblige le pèlerin à supporter la fatigue et la séparation d’avec les siens, de rencontrer des coreligionnaires et de débattre avec eux de tous les problèmes auxquels ils se trouve confronté, qu’ils soient d’ordre économique ou social ou d’ordre purement religieux. Toujours selon ce ministre saoudien, le pèlerinage « confirme le caractère universel, oecuménique de la religion islamique… ». Ainsi soit-il !

Pour les musulmans en général – et les saoudiens en particuliers, le « hadj » est donc une véritable opération de propagande en faveur de la « guerre sainte ».

logo lepelerinage.com

Il y a trois façons d'effectuer le rituel du pélerinage (Hajj) :

  1. Hajj al-tamatt'u (pélerinage interrompue)
    Pendant la saison du pélerinage, comme par exemple les mois Shawwal, Dhul Qusah et les dix premiers jours du Duhl Hijjah, il faut être dans un état pur (ihram), le quitter à la fin de cette période puis le remettre pour le 8ème jour du Dhul Hijjah de la même année afin de faire le pélerinage à la Mecque. Le jour des victimes (le dixième jour du Duhl Hijjah) il faut tuer un mouton ou le septième un chameau ou une vache. Si on ne le fait pas, on doit jeûner pendant dix jours (trois jours pendant le pélerinage et sept jours lorsqu'on est de retour à la maison).
  2. Hajj al-qiran (pélerinage combiné)
    Pour cela, on se met dans l'état de la pureté (ihram) pour effectuer le pélerinage que l'on doit garder jusqu'au jour des victimes (le dixième jour du Dhul Hijjah). On peut aussi, comme alternative, se rendre en état pur (ihram) pour le pélerinage et au début des rondes de la Ka'aba (tawaf).
    Il est conseillé, pour la Hajj al-Tamatt'u et la Hajj al-Qiran, de jeûner pendant les trois jours avant le jour d'Arafat (le neuvième jour du Dhul Hijjah).
  3. Hajj al-ifrad (pélerinage seul)
    il faut se rendre en état de pureté à la place de la pureté de la Mecque (al miqat), si on y habite ou une autre place (dans le cas où on a avec soi un animal comme offrande)- et d'y rester jusqu'au jour des victimes.
    Il est prescrit qu'à la fin de l'Umrah (c'est-à-dire après avoir fait les rondes de la K'aba (tawaf), la marche entre Safa et Marwah (sa'i) et après s'être coupé les cheveux), il faut quitter l'état de pureté (ihram) en mettant des habits normaux et reprendre un statut normal. C'est cela que le prophète a prescrit aux humains qui se rendent au pèlerinage dans l'état de pureté (ihram) sans avoir pris un animal comme offrande. Le huitième jour du Dhul Hijjah, ils se remettent en état de pureté (ihram). Ceci compte aussi pour quelqu'un qui participe au Hajj al-Qiran sans avoir apporté un animal comme offrande.

Les conditions pour faire le pélerinage de La Mecque (hajj)

  • être un musulman adulte
  • être conscient de sa responsabilité
  • être en pleine jouissance de ses facultés mentales
  • être en bon état physique pour pouvoir participer aux rites prescrites
  • avoir les moyens financiers suffisants (la famille ne doit pas souffrir des frais du voyage)
  • l'argent utilisé pour le voyage doit être gagné légalement
  • une femme doit être accompagnée d'un frère (Mahram) ou de son mari.
  • Le voyage ne doit servir qu'à honorer Allah et doit être fait comme l'a fait le prophète.

L'état obligatoire de pureté (ihram)
 
En premier lieu, il faut devenir pur (muhrim). Pour cela, il faut accomplir les étapes suivantes :

  • entrer dans le territoire du Miqat
  • faire le lavage rituel sous la douche ou le lavage de tout le corps (Ghusl)
  • les hommes se parfument la tête et la barbe, tandis que les femmes n'ont pas le droit de se parfumer
  • les hommes doivent porter un habit composé de deux parties (izar et rida). Cet habit doit si possible être blanc et ne doit avoir aucune couture. De plus, leur tête et leur visage ne doivent pas être recouverts
  • les femmes n'ont pas le droit de porter des habits provocants et ne doivent pas recouvrir leurs mains et leur visage d'un foulard
  • toutes les activités pouvant provoquer des émotions sont à éviter / sont interdits (mariage, proposition de mariage, la coupe des ongles ou des cheveux, se parfumer.)
  • courir ou participer à des concours de course sont interdits
Puis on parle (les hommes à haute voix , les femmes à voix basse) les mots suivants (talbiyyah):
Labbayk, Allahumma. Labbayk.
Labbayk. La shareeka laka wal-mulk.
La shareeka lak.
(Maître, je suis à votre service, je suis ici. Ici je suis. Tu n'as pas de partenaires, ici je suis. Ma foi, l'éloge, la faveur et la puissance t'appartiennent. Il n'existe personne semblable à toi.)
On les répète régulièrement et on s'engage à glorifier Allah, on le supplie qu'il nous pardonne et qu'il nous exhorte à faire le bien et à nous interdire le mal.

Les obligations pendant le temps de la pureté (ihram) :

  1. Respecter les prières quotidiennes aux horaires précis.
  2. Eviter les relations sexuelles, les méchancetés, les querelles, la commission des péchés etc.
  3. Protèger les musulmans contre les blessures physiques et verbales.
  4. Ne pas se couper les ongles ou s'arracher les cheveux. Ce n'est pas grave si les ongles se cassent ou si les cheveux tombent tout seul.
  5. Ne pas utiliser de parfum pour le corps ou pour les habits ; ne pas rajouter de produits de goût dans les repas.
  6. Ne pas prendre part à la chasse ; ne pas tuer ne pas faire peur aux animaux.
  7. dans les lieux sacrés (al haram), il est interdit d'abattre les arbres ou de cueillir des plantes ou des feuilles, sauf si cela a pour but de s'identifier (ceci est aussi valable lorsqu'on est pas en ihram) car Mahomet l'a interdit.
  8. Ne pas se marier, faire un contrat de mariage (aqd annikah) et avoir les relations sexuelles. Ceci est valable pour les hommes et les femmes.
  9. un homme ne doit pas couvrir sa tête. L'ombre d'une ombrelle ou d'un toit d'une voiture est permis.
  10. un homme n'a pas le droit de porter, sur tout son corps, des habits avec couture (burnous, turban, pantalon, chaussures). Cependant, si on ne trouve pas un habit qui se porte en état de pureté sur le bas du corps, on peut mettre un pantalon.
  11. Il n'est pas permis aux femmes de recouvrir leurs mains avec des gants ni leur visage d'une voilette (niqab/burqa). S´il y a des hommes qu'elles ne connaissent pas à côté d'elles, alors elles doivent cacher leur visage. Cette règle n'est valable que pendant l'ihram.
  12. Si une personne porte un habit avec couture, recouvre sa tête, se met du parfum, se coupe les ongles, que ce soit par ignorance ou par oubli l´Hiram reste valable. Cependant, dès qu'elle le remarque ou que quelqu'un le lui rappelle, il doit arrêter.
  13. Il est permis de porter sur soi des sandales, une bague, des lunettes, un appareil acoustique, une montre-bracelet ou une ceinture ou quelque chose de ce genre pour protéger ses documents ou son argent.
  14. Il est permis de changer ses habits afin de les laver, de se laver le corps et les cheveux.

Géographie des lieux du pèlerinage

  • la mosquée Al-Haram de La Mecque
    La Ka'aba se trouve au milieu. C'est le centre du monde islamique car c'est dans sa direction que les musulmans font leurs prières journalières. Dans le coin de l'est se trouve la pierre noire, enchassée dans un cadre en argent. Une prière effectuée dans cette mosquée a 100.000 fois plus de valeur qu'un autre lieu de prière. D'autres stations de pèlerins sont les places suivantes : la place où Abraham se serait mit sur à genoux pour faire sa prière et la source ZamZam qui aurait évité à Ismaël de mourir de soif. Le parcours marbré (Mas'aa) marque l'endroit où sa mère désespérée aurait cherché de l'eau.
  • La montagne Thour (la montagne de la grotte/de la vache)
    Se trouve au sud de la Mecque. C'est là où le prophète et Abu Bakr ont fait une pause de trois jours sur le chemin entre la Mecque et Médine.
  • La montagne Al-Rahma (la montagne de la grâce)
    Elle se situe à la vallée Arafat. C'est là où le prophète tint son dernier sermon lors de son dernier pèlerinage.
  • Arafat
    La vallée Arafat est dominée par la montagne de granit (en forme de cônes) Al-Rahman. C'est la place de la réconciliation.
  • Mina
    Se situe dans les montagnes, à l'est de la Mecque. C'est là où le diable serait apparu trois fois à Mahomet pour le détourner du chemin de Dieu.
  • Jamarats de Mina
    Ce sont les trois colonnes qui se situent sur la route principale. C'est là où Abraham aurait jeté sept pierres sur le diable. En sa mémoire, les pèlerins répètent ceci pendant le pèlerinage.
  • Muzdalifa
    C'est la vallée qui se situe entre Arafat et Mina et c'est là où les pèlerins ramassent les 49 à 70 pierres pour caillaser (lapider) les colonnes (Jamarats de Mina)
  • Médine
    C'est la deuxième ville la plus sacrée de l'islam car Mahomet et Abu Bakr y ont trouvé refuge lorsque la tribu Quresch les poursuivait. Ils fondèrent là-bas le premier Etat islamique et mirent en place le début de l'ère islamique. Mahomet y créa la première Mosquée. Une prière effectuée dans cette Mosquée vaut mille fois plus qu'ailleurs. Si on passe par la porte de la délivrance, on arrive à la tombe de Mahomet et aussi des deux premiers califes Abu Bakr et Omar.
  • Al-Baquee
    Cimetière où sont enterrés les premiers partisans de l'Islam.
  • La Mosquée Kuba
    Elle est aussi connue comme mosquée de la pitié et c'est à cet endroit que Mahomet avait construit une mosquée où il faisait de temps en temps ses prières.
  • La montagne Ohud (houd)
    Mahomet présentait cette montagne comme la montagne du paradis. Elle se situe à cinq kilomètres au nord de Médine. C'est au pied de cette montagne qu'il y eut la bataille de houd.
  • Les sept Mosquées
    Dans les environs de la montagne Ohud se trouvent sept Mosquées en plein air.
  • Les deux Mosquées Kibla (les directions)
    L'une montre la direction de la Mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, l'autre indique la direction de la Ka'aba. Elles se différencient de toutes les autres par le fait qu'Allah aurait en cet endroit ordonné à Mahomet de tourner son visage en direction de la mosquée de la Mecque au lieu de la ville de Jérusalem.
  • Jeddah
    Jeddah se situe près de la Mer Rouge et est en constante expansion. En 1947, le nombre d'habitants était de 30.00.. En 1980, un million et demi et on estime qu'au cours de la décennie 2000, ce nombre va encore doubler.

Le déroulement du pèlerinage (Hajj)

circuit du pèlerinage à La Mecque

 
Si l'on fait Hajj al-Qiran ou Hajj al-Ifrad (c'est-à-dire Hajj et Umrah ensemble), il faut se rendre en état de pureté à une place de pureté (al miqat), en marchant sur le chemin qui va vers la Mecque. Si cela n'est pas le cas, il faut partir de son lieu de séjour dans l'état de la pureté (Ihram).
Si l'on fais la Hajj al-Tamatt'u (Hajj interrompue), il faut se rendre au huitième jour du Dhul Hijjah à partir de son lieu de séjour dans un état de pureté. Effectuer les rites du lavage du corps entier (ghusl). Les hommes, se parfument et mettent un habit blanc sans couture composé de deux parties (izar et rida). Les femmes peuvent couvrir leur corps (le visage et les mains restent découverts) d'un habit normal, non provocateur.
il faut ensuite dire (les hommes à haute voix , les femmes à voix basse) les mots suivants (talbiyyah):
Labbayk....Lak
(Ici je suis Maître à ton service, ici je suis. Ici je suis. Tu n'as pas de partenaires. Ici je suis. Ma foi ! L'éloge et la faveur et la puissance sont les tient. Il n'existe personne de tes semblables.)
il faut ensuite se rendre à Mina et faire les prières « Asr, Maghrib, Isha et Fajr » aux heures données .
Lorsque le soleil se lève au matin du neuvième jour du Dhul Hijjah, il faut avancer dignement vers la montagne Arafat et y faire la prière Dhur (raccourcie et combinée avec un adhan et deux iqamahs) et la prière Asr en s'assurant bien être au-dedans des frontières d'Arafat. Réciter l'éloge à Allah le tout-puissant et le supplier avec les mains en l'air et le visage tourné vers la Ka'aba comme le fit le prophète Mahomet. Il faut rester dans le territoire d'Arafat jusqu'au soleil couchant.
Après le coucher du soleil, il faut aller vers Muzdalifah. A l'arrivée, il faut faire la prière du Maghrib et Isha en les combinant et en raccourcissant l'Isha sur deux rak'alts. Il faut rester à Muzdalifah jusqu'à ce que la nuit soit tombée. Après la prière Fajr, il faut supplier en direction de la Ka'aba avec les mains en l'air, car c'est ainsi que l'a fait le prophète. Il faut ramasser sept pierres puis les jetter sur la colonne en pierre Aqabah. D'autres pierres peuvent être ramassées à Mina.
A l'arrivée à Mina (les femmes et les faibles peuvent arriver après minuit) il faut faire ceci :
Jetter les sept pierres l'une après l'autre près de la colonne en pierre Aqabat (elle est la plus proche de la Mecque) et dire à chaque fois « Allahu akbar ».
Tuer l'animal d´offrande. Il faut en manger mais la plus grande partie doit être donnée aux indigents.
Il faut se raser la tête mais les femmes ne doivent que couper les pointes de leurs cheveux, pas plus.
Il faut ensuite aller à la Mecque et effectuer la tawaf al-ifadah (la dernière ronde et la lapidation des colonnes). Lorsque l'on fait la Hajj al-tamatt'u, il faut aussi effectuer la Sa'i. Si on fait la Hajj al-Ifrad ou Hajj al-Qiran, et que l'on n'ait pas encore fait la Sa'i avec la tawaf al-qudum (la ronde de l'arrivée), il faut faire la Sa'i. Après cela, les interdictions de l'état civil sont supprimées et on peut de nouveau retourner à la vie quotidienne. Après avoir lapidé les trois colonnes et passé la nuit à Mina, on a le droit de déplacer la tawaf al-ifadah au retour.
Après avoir fait la tawaf al-ifadah le jour des victimes, Il faut retourner à Mina et y passer les nuits du 11ème, du 12ème et du 13ème du Dhul Hijjah (les jours qui précèdent le jour de victimes, connus comme les jours ayam altashreeq). Il n'est permis de ne passer que deux nuits là-bas.
Il faut lapider les trois colonnes pendant le séjour à Mina dans l'après-midi du 2ème et 3ème jour en commençant par la colonne la plus éloignée de la Mecque (donc la colonne du milieu, puis la colonne Aqabah). Il faut jetter les sept pierres l'une après l'autre sur chacune des trois colonnes et dire « Allahu akbar » à chaque lancé. Si on ne reste que deux nuits à Mina, il faut partir avant le coucher du soleil du 2ème jour. Si le soleil s'est déjà couché et que l'on n'a pas eu le temps de partir, il faut rester la 3ème nuit et jetter une fois encore les pierres le jour suivant. Il est conseillé de rester les trois nuits à Mina. Les malades et les faibles ont le droit de nommer un remplaçant, qui jette à leur place les pierres. Le remplaçant jette en premier ses propres pierres puis celles de la personne qu'il remplace.
Après l'achèvement des rites du Hajj, il faut effectuer la ronde d'adieu (tawaf al-wida) avant de quitter la Mecque pour rentrer à la maison. Seules les femmes ayant leur menstruation ou étant enceinte en sont dispensées.

Les sept tours de la Ka'aba (tawaf)
 
Lorsqu'on arrive à La Mecque, on fait sept fois le tour de la Ka'aba de la façon suivante :

  • On commence par la pierre noire et on dit : « Allahu akbar ». Au premier tour de la Ka'aba, les hommes découvrent leur épaule gauche (idti'ba'a), et au septième, ils la recouvrent.
  • à chaque tour de la Ka'aba, on loue Allah, on le supplie et si c'est possible, il faut s'approcher de la pierre noire pour l'embrasser. Si cela n'est pas possible avec la masse de personnes, y poser la main droite ou faire le geste correspondant en sa direction suffit. Il ne faut surtout pas oublier de prononcer les mots suivants « Allahu akbar ». Il ne faut pas bousculer les personnes, car cela pourrait déplaire à Allah.
  • Il faut terminer chaque tour de la Ka'aba en prononçant les mots suivants : Rabbana, attina fid-dunya hasanatan wa fil-akharati hassana wa qina adaban-nar. (Oh Maître, donne nous le bon dans ce monde, le bon pour le futur et protège nous de la punition du feu)
  • il est conseillé de parcourir les trois premiers tours de la Ka'aba à pas légers et les quatre derniers à pas lents sans déranger les autres pèlerins.
  • si l'on veut pratiquer les rites comme le prophète Mahomet, il faut à chaque tour aller toucher avec la main droite (ou faire ce geste) le coin sud de la Ka'aba (Rukun Al-Yamani) sans toutefois l´embrasser.
  • Après le septième tour, on prie dans un endroit tranquille ou sur une place dans la mosquée sacrée, deux Rak'ats de la prière (salat) derrière la place d'Ibraham (Maqam Ibrahim)
  1. Un musulman n'a pas le droit de faire sa prière (salat) dans la Mosquée, aux alentours de la Mosquée ou à côté d'une femme. Les femmes doivent faire leur prière derrière les hommes.
  2. Les portes et les entrées de la Mosquée servent à entrer et à sortir. Même pendant une prière en communauté, les pèlerinss ne doivent pas les bloquer.
  3. Il est interdit d'interrompre le déplacement de la foule autour de la Ka'aba en étant assis à la place d'Ibraham ou en priant ou en étant devant la pierre noire.
  4. Ce n'est pas une tradition licite d'embrasser la pierre noire du côté de la face Yémen de la Ka'aba (Rukn al-Yamani). Même si la place n'est pas pleine de monde, il suffit, même si c'est difficile, de le toucher de la main droite et de dire « Bismillah wa Allahu akwar ». Quittez-le pour continuer les rondes et ne la désignez pas du doigt et ne parlez pas lorsque vous êtes sur le long de la face de la Ka'aba car ces places ne sont pas celles du prophète et selon lui, il est conseillé de dire entre le Rukn-i-yamaani et le Hajr-i-Aswad « Rabbana ... zaabunar » (Oh Maître ! Donne-nous le bon de ce monde et le bon du futur et protège-nous de la punition du feu)

Les sept marches entre les collines de Al-Safa et Al-Marwah (Sa'i)
 
On commence à la colline Safa et on termine les sept marches à la colline Marwah. Les marches effectuées entre les deux collines sont aussi vues comme une seule marche (shawt). À chaque fois que l'on aperçoit la Ka'aba en montant sur la colline Safa, il faut se tourner vers elle et dire, si possible, trois fois : « Alhamdu.....qadir » (il n´existe aucun Dieu autre que Allah, c'est celui qui domine, c'est celui qui obtient l'éloge et Il est le seul à être maître de toutes les choses) les mains levées mais sans toutefois gesticuler avec les mains en direction de la Ka'aba. Arrivé à la colline Marwah, on fait la même chose.
À l'apparition du premier poste vert, les hommes doivent activer leur marche mais les femmes ne doivent pas courir. Pendant la Sa'i, il n'y a pas de rituels prescrits, mais il est toujours bien de réciter le Coran de son propre gré. Il est permis de prendre part à la Sa'i en n'étant ni propre, ni pur, mais il est préférable de l'être.
Il n'y a pas de formules prescrites, ni de supplications pour les rondes de la Ka'aba (tawaf) ou pour les sept marches entre Al-Safa et Al-Marwah. Le pèlerin peut louer et supplier Allah avec ses propres mots. Pendant ces rites, il peut citer des passages du Coran qui font référence aux supplications du prophète. La coupe des cheveux
Après avoir fini les sept marches entre les collines de Al-Safa et Al-Marwah (Sa'i), le pèlerin doit avoir une nouvelle coupe de cheveux. Le mieux est de se raser la tête. Les femmes doivent couper seulement les pointes des cheveux et pas plus, puis elles doivent s'attacher les cheveux.
Après cela, le pélerinage est terminé et le pèlerin peut quitter l'état pur, retirer ses habits de la consécration et retourner à ses activités normales.

Les fautes fréquemment commises par des pèlerins

  1. des fautes qui concernent l'ihram (l'état de pureté)
    Certains pèlerins contournent sur leur chemin le lieu désigné de l'ihram ou se rendent là-bas en n'étant pas en état de pureté (ihram). Ils poursuivent leur chemin jusqu'à Jeddah (djedda) ou jusqu'aux lieux sacrés et se rendent là-bas en état de pureté. Ceci est contre les commandements de Mahomet qui prescrit que chaque pèlerin rencontrant sur son chemin un lieu d'ihram doit s'y rendre en état de pureté (ihram). Si cela devait se produire, il faut soit retourner sur ses pas, soit se rendre en ihram ou tuer un mouton à la Mecque et donner toute la viande aux pauvres. Ceci est valable pour tout le monde soit pour ceux venant en avion, en bateau, ou à pied. Si quelqu'un n'est pas passé à une des cinq places d'ihram, il doit se rendre en ihram au point le plus proche.
  2. des fautes qui concernent tawaf (les rondes de la Ka'aba)
    • de commencer la tawaf de l'autre côté de la pierre noire bien qu'il soit obligatoire de commencer là où se situe la pierre noire.
    • de faire la tawaf dans le Hijr Isma'il, c'est-à-dire qu'on contourne juste une partie. Si on ne fait pas le Hijr Isma'il qui est une partie de la Ka'aba, on rend la tawaf non valable.
    • de faire la tawaf à petits pas rapides (ramal) ; normalement, on n'a que le droit de faire les trois premiers tours (tawaf al-qudum) à petits pas rapides (ramal).
    • s'efforcer d'accéder à la pierre noire en frappant et en heurtant les personnes. Il n'est pas permis de heurter ou de frapper les musulmans.
    Si on embrasse la pierre noire, cela ne porte pas préjudice à tawaf. Si on n'arrive pas à l'embrasser ou à la toucher, alors il suffit de marcher à ses côtés et de la désigner du doigt en disant « Allahu akbar ».
    • si on passe la main sur la pierre noire en demandant bénédiction (barakah). Ceci n'est pas en accord avec la loi de l'Islam (Shari'ah). La tradition du temps de Mahomet (sunnah) est de l'embrasser ou de la toucher si c'est possible.
    • de toucher les quatre coins ou les murs de la la Ka'aba. Mahomet ne touchait que la pierre noire et le coin Yemeni dans la Ka'aba.
    • de dire à chaque tour des formules de supplication. Mahomet disait « Allahu akbar » seulement lorsqu'il passait devant la pierre noire et à la fin de chaque tour (entre la pierre noire et le coin Yemeni) :
      "Rabbana, atina fid-dunya hassanatan wa fil-akhirati hassana wa qina adhaban-nar."
      (Oh Maître, donne-nous le bon de ce monde et le bon du futur et protège-nous de la punition du feu.)
    • d´élever la voix au dessus des autres pèlerins car selon la tawaf, cela peut provoquer des irritations entre les pèlerins.
    • de vouloir prier à la place d'Ibrahim. Ceci est contre la tradition du temps de Mahomet (sunnah) et peut mettre en danger les pèlerins. Il suffit de faire deux rak'ats de la prière quelque part dans la sainte Mosquée après avoir terminé la tawaf.
  3. des fautes qui concernent la Sa'i
    • certains pèlerins se tournent en direction de la Ka'aba et gesticulent avec leur main en disant « Allahu akbar » comme s'ils disaient la prière de takbir. Ces gesticulations sont une faute car Mahomet ne montrait que la paume de sa main afin de supplier Dieu. On peut louer ou glorifier dans les mots de son choix, le visage tourné vers la Ka'aba. Il est préférable de réciter la dhikr, comme le faisait Mahomet à Safa et à Marwah.
    • d'augmenter la vitesse pendant le trajet entre les deux collines. La tradition du temps de Mahomet (sunnah) est de marcher à pas rapides entre les deux marquages verts et le reste du chemin en marchant à un rythme normal.
  4. des fautes qui concernent la colline Arafat
    • certains pèlerins campent en dehors des frontières de la colline Arafat et ils y restent jusqu'au coucher du soleil. Ils se mettent en route vers Muzdalifah sans séjourner à Arafat. C'est une grave erreur car le séjour au Arafat, essence du pèlerinage, et à l'intérieur de ses frontières est obligatoire. S'il fait trop chaud pour rester toute la journée jusqu'au soleil couchant, il est permis de le faire pendant la nuit (en particulier pendant la nuit avant le jour des victimes, le 10ème jour du Dhul-Hijah).
    • il est interdit de quitter la colline Arafat avant que le soleil ne se couche, car Mahomet restait sur Arafat jusqu'au soleil couchant.
    • il n'est pas permis de monter sur la colline Arafat en bousculant les musulmans. Le terrain entier est un endroit de séjour et il n'est pas légal ni de monter sur la colline ni d'y faire sa prière.
    • il n'est pas correct de supplier en direction de la colline car c'est une tradition du temps de Mahomet (sunnah) de tourner le dos à la Ka'aba.
    • La loi islamique interdit de ramasser la saleté ou les pierres de la place nommée.
  5. des fautes qui concernent la Muzdalifah
    certains pèlerins commencent dès leur arrivée à Muzdalifah à ramasser des pierres avant de faire la Maghrib et les prières Isha. Ils pensent que toutes les pierres doivent être ramassées. Cependant, il est dit que dans le territoire de Al-Haram (territoire ou villes de la Mekke) on peut ramasser les pierres où l'on veut. Il est dit que le Mahomet n'a pas décrit où il faut ramasser les pierres en Muzdalifah. Il se leva juste pour quitter Muzdalifah, puis lorsqu'il arriva à Mina, il ramassa les autres pierres. Certains pèlerins lavent les pierres, mais c'est interdit.
  6. des fautes qui concernent le lancer des pierres
    • certains pèlerins pensent qu'ils jettent les pierres sur le diable (shayateen) ;ils les jettent donc avec force et avec rage. Mais jeter les pierres sur les piliers ne doit que rappeler Allah, le tout-puissant.
    • d'autres pèlerins jettent des gros morceaux de rocher ou des morceaux de brique. Ceci est du fanatisme et Mahomet a interdit ces excès.
    • se battre et se bousculer afin de pouvoir lancer les pierres, est insoutenable. Il est prescrit d'être aimable et de lancer les pierres sans blesser quelqu'un.
    • c'est une faute de lancer toutes les pierres en même temps car les savants disent que cela équivaut à un seul lancer. Selon la loi islamique (Shari'ah) un lancer ne compte que si on dit à chaque lancer les mots suivants « Allahu akbar »
    • il est interdit de nommer quelqu'un comme remplaçant simplement parce que l'on a peu de la foule. Seules les personnes faibles et malades ont le droit de nommer un remplaçant.

  7. des fautes qui concernent la tawaf d'adieu (Tawaf al-Wida)
    • certains pèlerins partent de Mina vers la Mecque avant de lancer les pierres sur les piliers. Ils terminent la tawaf d'adieu et partent à Mina pour lancer les pierres et pour finir le pèlerinage. En faisant ainsi, le lancer de pierres, et non la ronde de la Ka'aba, est le dernier rite. Mahomet disait : « personne ne doit partir sans avoir fait la dernière visite de la Ka'aba. Il faut donc que la tawaf d'adieu soit faite après l'achèvement des rites du Hajj et peu avant le départ. Après cela, il ne faut pas rester à la Mecque (sauf le temps qu'il faut pour le départ).
    • certaines personnes sortent à reculons après avoir fait la tawaf d'adieu, en regardant la Mosquée sacrée car elles pensent qu'elles expriment du respect envers elle. Ceci est une innovation (bid'a) de la religion et n'a donc aucune valeur.
    • certains pèlerins tiennent la porte de la Mosquée sacrée en sortant et ils la supplient. Ceci est aussi une innovation (bid'a) qui n'est pas en accord avec la loi islamique (Shari'ah) et n'a donc aucune valeur.

Ce que l'on attend d´un pèlerin :

  1. se repentir sincèrement des péchés.
  2. prendre garde aux mensonges, aux blasphèmes et aux diffamations.
  3. avoir la pure intention de faire le pèlerinage dans le seul but de la satisfaire Allah.
  4. apprendre quels rites de la loi islamique (Shari'ah) sont prescrits pour le pèlerinage et demander à un savant en cas de difficultés.
  5. choisir de quelle façon effectuer le pèlerinage :soit Ifrad, soit Tamatt'u, soit Quiran. Celui qui n'a pas d'animal à sacrifier, doit effectuer de préférence Tamatt'u. Celui qui en a un doit effectuer de préférence Quiran.
  6. si une personne se met en état d'Ihram, et a peur de tomber malade ou a peur de ne pas accomplir tous les rites prescrits, il est préférable d'abandonner pour recommencer plus tard.
  7. Le pèlerinage effectuée par les enfants est valable, mais ce n'est pas un devoir islamique.
  8. si on trouve nécessaire de prendre un bain, de se laver la tête ou de se gratter pendant l'Ihram, on a le droit.
  9. une femme peut se voiler le visage si elle a peur qu'un homme la regarde.
  10. beaucoup de femmes portent sous leur voile une 'asabah (une certaine façon de voiler leur visage) pour que le voile ne touche pas le visage. Ceci n'est pas conforme à la loi islamique (Shari'ah).
  11. il est permis de laver les habits d'Ihram et de les porter de nouveau ou de les échanger contre d'autres habits d'Ihram .
  12. si quelqu'un porte un habit à couture, couvre sa tête ou met du parfum en état d'Ihram par ignorance ou par oubli on n'attend pas de lui une offrande de punition ni de compensation.
  13. si quelqu'un effectue le pèlerinage al-Tamatt'u, il doit réciter la talbiyya à l'arrivée de la Ka'aba et au début de la tawaf.
  14. de marcher à pas rapides et courts avec l'épaule couverte est permis pendant les trois premières rondes à l'arrivée de la tawaf (ceci n'est valable que pour les hommes)
  15. si un pèlerin oublie le nombre de rondes effectuées, alors il doit décider pour le nombre le plus petit. Ceci est aussi valable pour la Sa'i.
  16. s´il y a une masse de personnes trop importante, il n'est pas grave d'effectuer les rondes de l'autre côté de la place d'Ibrahim car la mosquée entière est un lieu de la tawaf.
  17. pour les femmes, il est interdit d'effectuer la tawaf, d'y montrer sa beauté, de se parfumer ou de laisser découvert ce que la loi islamique (Shari'ah) a prescrit de couvrir.
  18. si pendant l'Ihram une femme commence a avoir ses menstruations ou qu'elle accouche, elle doit arrêter la tawaf et elle peut la recommencer lorsque les menstruations sont terminées et qu'elle est de nouveau pure.
  19. une femme peut porter toute sorte d'habit tant qu'elle ne porte pas d'habits d'hommes ou d'habits provocants.
  20. d'exprimer d'autres intentions que d'effectuer le pèlerinageh. Ceci est une innovation (bid'a), c'est donc interdit et une faute grave, encore plus grave si on le dit à voix haute.
  21. si un musulman décide d'effectuer le pèlerinage, il lui est interdit de passer devant le lieu nommé de l'Ihram, sans se rendre en état d'Ihram
  22. si un pèlerin vient en avion, alors il se rend en état d'Ihram lorsqu'il passe en face du lieu de l'Ihram. Il devrait déjà se préparer avant l'envol.
  23. si quelqu'un habite à la Mecque ou entre la Mecque et le lieu de l'Ihram, ce n'est pas la peine qu'il se déplace pour effectuer l'Ihram. Dans ce cas, il se rend en état d'Ihram pour le pèlerinage à son lieu de séjour.
  24. Le pèlerin qui effectue le pèlerinage al-Tammatt'u, se rend au 8ème jour du Dhul-Hijjah au lieu de son séjour en état d'Ihram. Pour lui, ce n'est pas la peine d'aller à une place spéciale dans la Mecque (par exemple al-Mizab) pour se rendre en état d'Ihram et ce n'est pas la peine de faire la tawaf d'adieu.
  25. Après le lever du soleil du 8ème jour du Dhul-Hijjah, il est préférable de se rendre à la montagne 'Arafat à partir de Mina.
  26. il n'est pas permis de quitter la montagne 'Arafat avant le coucher du soleil du 9ème jour du Dhul-Hijjah. Si les pèlerins doivent la quitter avant le coucher du soleil (par exemple s'ils tombent subitement malades ou se blessent gravement), ils doivent le faire avec humilité et avec prudence.
  27. Les prières Maghrib et 'Isha doivent être dites à l'arrivée à Muzdalifah, soit pendant le temps du Maghrib ou du 'Isha.
  28. il n'est pas permis de ramasser les pierres pour lapider les colonnes dans le territoire de la Mecque (al-Haram) et de Muzdalifah.
  29. Il n'est pas conseillé de laver les pierres. Il n´existe aucun écrit où il est dit que Mahomet ou ses compagnons l'aient fait, d'autant que ces pierres lancées seront réutilisées par d'autres pèlerins.

Informations générales :
 
La monnaie de l'Arabie Saoudite est le riyal, qui est subdivisé en 100 halalah. Il y a des billets de 1, 5, 10, 50 , 100 et de 500 riyals. Il y a des pièces de 5, 10, 25, 50 et 100 halalah.
Dans chaque banque ou bureau de change, le riyal de l'Arabie Saoudite peut être converti en toutes les monnaies.
Les horaires d'ouverture
Les bureaux gouvernementaux : 7.30 h - 14.30 h
Les magasins privés : 8.00 h - 12.00 h et 15.00 h - 18.00 h (en général)
Les banques : 8.00 h - 12.00 h et 15.00 h - 18.00 h
Les achats : dans presque toutes les villes jusqu'à 22.00 h
Le jeudi et le vendredi sont le week-end.
La plupart des magasins sont ouverts de 7.30 h - 14.30 h le jeudi.
Les vacances/les jours fériés
Il existe deux vacances officielles dans le calendrier islamique ;pendant ce temps, les établissements publics et les magasins privés sont fermés. Eid al-Fitr 25ème jour du mois ramadan jusqu'au 5ème jour du mois suivant. Eid al-Adha 5ème jour du mois Dhul Hijjah jusqu'au 15ème Dhul Hijjah
La fête nationale: le 23 septembre
Le fuseau horaire : Greenwich + 3 heures (heure d'été)
L'électricité: 220/110V/60Hz
Les moyens de transport
Comme les distances entre les différentes villes du monde et La Mecque sont grandes, le plus commode est de voyager en avion. La compagnie aérienne Saudia Arabian propose de nombreux vols. Une compagnie de bus et de taxis offre un réseau de transport en-dehors et dans les villes. Il est bien sûr possible de louer une voiture. Les visiteurs doivent apporter leur permis de conduire international et national. Les femmes n'ont pas le droit de conduire en Arabie Saoudite.
Soins médicaux
Des médecins spécialisés, hôpitaux et cliniques privées sont à disposition dans tout le royaume. Cependant, les malades doivent amener suffisamment de médicaments lors de leur séjour.
Visa
Pour la demande d'un visa de pèlerin, on doit amener au consulat de l'Arabie Saoudite deux photos d'identité, un passeport valable au moins six mois, le billet d'avion ou la facture avec la confirmation du vol.

la mosquée de la Mekke durant le pèlerinage annuel
AGRANDIR

La mosquée de la Mekke durant le pèlerinage annuel

Récit d'un pèlerin du Hadj à La Mekke en mars 2002
Mon pélerinage à Makkah, la terre sainte

Photos anciennes et récentes de La Mecque et de la Ka'aba
http://la-mecque.fr.tc/